NFT : nouveaux vecteurs de constitution de communautés

Les communautés sont un terreau fertile pour le développement et le partage des connaissances mais aussi pour l’innovation.

La frontière entre l’entreprise et son environnement est poreuse. Notre société, notre propre vie de consommateur, voisin, employé s’y développe. Elle voit apparaître des communautés qui sont de différentes natures. En dehors de l’organigramme, elles peuvent être initiées par le management mais peuvent aussi émerger spontanément et ainsi contribuer au décloisonnement de l’entreprise.

Les communautés sont un terreau fertile pour le développement et le partage des connaissances mais aussi pour l’innovation. C’est un modèle efficace offrant la liberté nécessaire au partage, aux erreurs, aux tests, libéré des processus internes parfois lourds.

C’est “un mariage improbable entre deux cultures radicalement opposées” ; d’un côté l’entreprise définie par ses processus, ses règles, ses chaînes de décision et de l’autre un regroupement libre d’individus poussant des idées.

Les communautés sont une source de transformation profonde et c’est une réflexion globale qu’il faut poser.
Par exemple, les DRH doivent intégrer cette forme d’organisation dans l’ensemble des processus existants. Si la communauté favorise le partage de connaissance, la politique de développement des compétences est de fait impacté. De même, la manière d’appréhender les actions de formation continue sont à revoir. Une participation active dans une communauté permet un apprentissage certainement plus efficace que d’autres.
Maintenant qu’on est convaincu que les communautés sont des vecteurs quasi indispensables de transformation, encore faut-il attirer les membres potentiels d’une future communauté. Il s’agit ici de rassembler des passionnés, de renforcer les liens qui les unissent et de leur permettre d’affirmer leur sentiment d’appartenance à une communauté.

Chacun a besoin naturel de construire sa propre identité. Cette construction se fait via la constitution de communautés dans les réseaux sociaux. L’identité est la représentation de soi, qui peut être IRL ou numérique.

C’est en partie par son appartenance à différentes communautés que chacun se définit par rapport et avec les autres. Une appartenance qui peut se signifier tant par des signes matériels comme un sweat short, une Ferrari, ou un tatouage, que par des éléments immatériels comme un accent, un jeu vidéo, un hashtag… ou encore, un NFT.

Lire aussi : La communauté au service du succès des projets de transformation de la relation client

Les NFTs permettent de renforcer les liens entre passionnés et d’affirmer son appartenance à une communauté, notamment sur les réseaux sociaux. Que l’on soit fan de basket avec la plateforme NBA Top shot, ou encore de vampires avec les NFTs de Sneaky Vampire Syndicate.

Par exemple, en achetant et en affichant sur twitter une profil pic Crypto punk ou Bored Ape Yacht Club (comme Snoop Dog, Steve Aoki ou même des marques comme Adidas), on vient signifier que l’on fait partie de ce groupe de gens qui a compris ce que sont les NFTs, et que ça a une réelle valeur pour nous – qu’elle soit émotionnelle, financière, ou d’un autre ordre.

En plus de signifier son appartenance, les NFTs permettent aux communautés de se rassembler autour de passions. Tout comme les fans de Harley-Davidson vont se retrouver pour rider sur les routes, des communautés numériques vont développer leur propre lieu de rencontre.

Par exemple, les Sneaky Vampires ne se rejoignent qu’en ligne dans un espace dédié et accessible qu’aux seuls possesseurs de NFTs. Ils ont créé leur propre métavers.

Selon une étude Gartner, d’ici 2026, 25 % des gens passeront au moins une heure par jour dans les Métaverses pour le travail, le shopping, l’éducation, les réseaux sociaux ou les loisirs.

Les musiciens et artistes s’en saisissent également pour proposer des expériences de partage nouvelles. Snoop Dogg a ainsi invité ses fans à un concert sur The Sandbox auquel ils pouvaient assister via un ticket NFT. Booba s’est lui aussi essayé à cet autre média, à cette autre forme d’interaction et d’engagement possible avec une communauté de fans. Si aujourd’hui une partie du clip de TN est accessible, en achetant une carte GDC en NFT, les aficionados du chanteur ont accès, en exclusivité, au clip du morceau sorti en novembre 2021.

Tous ceux qui se revendiquent fans de la première heure ont maintenant une manière de le prouver, mais surtout de prendre part au succès du créateurs. C’est ce que permet par exemple la plateforme Public pressure concernant la musique.

Ainsi, aujourd’hui, les NFTs sont une nouvelle manière de pouvoir choisir et construire sa propre identité. Ils signifient son appartenance à une culture. Et même si, à l’heure de la construction du Web3, on peut penser que les NFTs sont une revendication d’une participation à l’élaboration d’un certain futur, ils sont avant tout un autre moyen de se raconter à travers ce que l’on donne à voir, un autre moyen de tisser des liens, et de vivre des expériences partagées.